Catégorie: Article

La Pévèle, c’est toute une Histoire ! par Françoise Verrier

 

Ce « pays » peut être abordé à la fois d’un point de vue historique, géographique, et même sociologique et linguistique.

 

carte pevele

Le territoire de recherche de la Société Historique du Pays de Pévèle (SHPP) comporte 55 villages en France et 17 en Belgique.

En effet, la notion de frontière est relativement récente : telle que nous la connaissons, elle date du début du XVIIIe siècle, du traité d’Utrecht de 1713, et  a ensuite été précisée et légèrement remaniée par plusieurs traités des frontières. La Belgique, elle, n’existe que depuis 1830.

Auparavant, les domaines étaient imbriqués les uns dans les autres ; la « Cense abbatiale » de Mons en Pévèle appartenait, par exemple, à l’abbaye Saint-Waast d’Arras, à plus de 50 km de là.

De nos jours, plusieurs villes et villages gardent encore le nom de « Pévèle » : Camphin-en-Pévèle, Cappelle-en-Pévèle, Mons-en-Pévèle, Nivelle-en-Pévèle. D’autres l’ont perdu : Aix-en-Pévèle, Templeuve-en-Pévèle, Saint-Amand-en-Pévèle. Cette dernière a perdu ce nom en 1962 pour devenir « Saint-Amand-les-Eaux » et mettre ainsi en valeur son activité thermale. Cependant, le nom subsiste, en latin,  sur les armes de la ville : Sancti Amandi in Pabula.

sancti amandiSur ce blason amandinois :

Les fleurs de lys rappellent l’origine royale de la donation du territoire ; l’épée rappelle le droit de haute et de basse justice exercé par l’abbé de Saint-Amand ; les feuilles de chêne, avec des glands, à droite, symbolisent la force et la vitalité, les feuilles de houx, avec des baies, à gauche, l’immortalité

A suivre…

 

Françoise Verrier, présidente de la Société historique du Pays de Pévèle ; toutes les infos sur l’association, ses publications et ses événement sur paysdepevele.com

[article présent également dans le n°1 du Mag de J’aime la Pévèle]