Chloé Sarels espère trouver beaucoup de monde pour dire « J’aime la Pévèle »

 

PUBLIÉ LE 16/02/2015

La Voix du Nord – Olivier Hennion

La présidente de l’association « J’aime la Pévèle » refuse de mettre le doigt dans l’engrenage politicien initié depuis plusieurs semaines par le maire d’Orchies mais entend défendre l’intérêt du territoire et de ses habitants.

 Chloé Sarels aime la Pévèle, et ne veut pas que les bisbilles actuelles ternissent l’image du territoire.

Il y avait Dallas (pour les plus anciens), il y a désormais la CCPC (communauté de communes Pévèle-Carembault). C’est moins facile à chanter, mais du côté de l’« univers impitoyable », tout y est : rivalités d’ego, coups bas, querelles d’argent… À tel point qu’on pourrait presque oublier qu’avant la CCPC, il y a un territoire, la Pévèle, et ses habitants. Chloé Sarels, présidente de « J’aime la Pévèle », a donc voulu, en compagnie de responsables associatifs, de chefs d’entreprises, appeler les élus à ne pas bacler le grand débat public sur les compétences de la future intercommunalité dont la méthode doit être présentée mercredi à Ennevelin.

« Rôle d’acteurs-relais du territoire »

« On ne veut pas entrer dans la polémique, mais il nous semble important de jouer notre rôle d’acteurs-relais du territoire, pour mobiliser les habitants afin qu’ils participent aux débats sur les compétences de l’intercommunalité qui se tiendront jusqu’à la fin avril », résume la présidente de« J’aime la Pévèle », une association créée pour travailler en partenariat avec les offices de tourisme sur le développement de la « notoriété du territoire».

Côté notoriété, depuis quelques semaines, c’est plutôt bisbilles et règlements de comptes, «alors que la Pévèle a toute sa place, avec Orchies comme capitale, entre la métropole lilloise et le Douaisis, et une identité propre qu’il faut mettre en valeur ». Cette identité, ce sont les signataires d’une tribune relayée par « J’aime la Pévèle » qui la portent, bien plus que les élus. « Nous voulons que la population s’approprie le débat, et que les élus aillent au bout de ce travail, à trente-huit communes, malgré les difficultés », résume Chloé Sarels. Un appel au courage politique et au sens de l’intérêt général… Vaste programme.

Tout savoir sur les débats public : http://pevelecarembault.participons.net

« J’aime la Pévèle », http://jaimelapevele.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *